One Piece Millénium


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prémices et marchandages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vin D. Icare
L'Héroïque
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 20/10/2011

Feuille de personnage
Réputation:
40/100  (40/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Prémices et marchandages   Mar 25 Oct - 1:32

"Le bleu de vos yeux verts me fait défaillir... Vous êtes pour moi, l'égal d'une étoile, Hic! Même si vous êtes servez à rien le jour, la nuit parcontre...AOUWWW!"

Hélas , je n'eus pas le temps de finir ma tirade de la mort-qui-tue, la main délicate de la charmante demoiselle s'écrasa sur ma joue. Mais qu'est-ce qu'elle avait celle là? Je lui ponds un super poème et tout, et c'est comme ça qu'elle me remercie? M'enfin, la saluant d'une gorgée de rhum, je pivotai sur mon siège, lançant mon regard sur l’assistance. Quoi? Auriez vous un problème avec la nature de mon eau "très pure"? D'accord j'étais un vice-amiral, blablabla, mais ça vous vidait pas une couille ça hein... Il fallait bien s'amuser de temps en temps, d'ailleurs je n'était vêtu que d'un simple pantalon noir, et d'une chemise de la même couleur, ouverte... évidemment! J'avouerai que mes supérieurs n'apprécierait surement pas mes petites virées, mais bon il fallait bien que quelqu'un inspecte les bars non? D'ailleurs je vous quitte, car il fallait que j'aille inspecté la demoiselle là avec la robe rouge. Achevant d'un coup le fond de mon verre, je le livrai à lui même, tandis que mes pieds s'évertuait à me tirer jusqu'à ma cible. Oui, j'étais un mec consciencieux moi, et qui sait, cette charmante demoiselle était peut-être un terrible pirate? Aussi, une fois à son niveau, je la saluai d'une charmante courbette...

"AHHHH?!"

Excusez moi du peu, mais il y avait que la magnifique Georgia s'étant transformé en un grand George, m'offrant la vision non désagréable, mais bien moins plaisante d'une masse de muscle au sortir de mon salut. Esquissant un sourire, qui malencontreusement se termina par un petit -hic- de politesse, je levai les yeux jusqu'à Goliath.

"-Eh ça va mon vieux? Il fait beau là-haut?"

Je n'avais jamais été un grand diplomate, mais quand même, était-ce une raison pour abattre un poing gigantesque sur ma pauvre tête? Heureusement qu'au même moment je perdis comme par hasard l'équilibre, faisant un gros câlin à colosse-sama, et me mettant par la même occasion hors de portée du marteau divin! Seulement il ne semblait pas du même avis, et après un joli juron que nous ne citerons pas, il tenta de nouveau de me saisir.
Quoi commença j'avais disparu? Ah oui, je me souviens, le mojito posé sur le bar m'avait fait de l'oeil, aussi ne pus-je résister à la tentation, et le temps d'un soru je caressa le verre délicatement offert. Posant un doigt dans le délicieux liquide, j'en abaissai légèrement la température, et commença mon succulent "sirotage". Eh mais...POURQUOI JE DÉCOLLAIS DU SOL BORDEL?! J'en étais qu'à mon 3e...4e ou 5e verre! Restant un moment perplexe face à ce mystère de la nature, je fixai le verre, me demandant si le rhum n'avait pas quelques pouvoirs mystérieux, encore inconnu de la majorité des hommes. Seulement le grognement d'un mastodonte me ramena à la raison. Oui c'était bien moins marrant que le rhum, mais bon il fallait faire avec! Dégainant mon arme, j'enfonçai le canon du fusil dans la bouche de Monsieur.


"Désolé t'es pas mon genre..."

Aussitôt dit, aussitôt fait, un coup de pieds envoyant valsé mon agresseur. Non, il n'était pas chaos, une table ayant "adoucie" sa chute, il fit même mine de sortir une espèce de revolver, mais une balle bien placée explosa la gâchette, dissuadant Hulk de demander son reste. Voila, nous étions enfin seuls, et faisant un bisous à mon verre, je retournai au bar. Personne ne s'étonna de cette scène, car non seulement c'était chose courante, mais les plus cultivés avaient reconnu le vice-amiral que masquait mon état d'ivrogne. Alors que je m’apprêtais à "inspecter" une autre galante, quelques mots piquèrent mon ouïe baladeuse.

"Alors au niveau du Sabre ça se passe comment?"

Bon d'accord, niveau finesse on avait déjà vu mieux, mais j'étais déjà content d'être seulement pompette après autant de verre, alors ne m'en demandez pas trop. Ces mots qui avaient capté mon attention n'était autre que quelques balivernes au sujet d'un des12 sabres de légendes. Ce n'était peut-être qu'une rumeur de quartier, mais cela ne changeait rien au fait que récemment, l'existence d'un de ses trésors fut découverte par la marine, aussi aucune piste ne pouvait être négligée. Et ouai, j'étais peut-être bourré, mais je restais un haut gradé! On est spécialement entraîné pour être efficace même après 6 verres! D'ailleurs ça me fait pensé qu'il faudra un jour que je rajoute suggère cette condition en tant que qualité nécessaire pour intégrer la Seconde division! Bref, je m'égare. Devant une arrivée si importune, les hommes tentèrent évidemment de se lever, mais NON! Je n'avais pas fait que venir comme un félin, en me faufilant à 4 pattes sous les tables, la glace couvrant les pieds des trois protagonistes étant également mon oeuvre.

"Messieurs, nous pouvons discuter non?

-Eh...Pourriez-vous lâcher ma cravate s'il vous plaît?"

Ah oui merde... J'avais malencontreusement confondu ce truc avec un micro...m'enfin pas grave. Au sortir d'une discussion qui, étrangement se fit très sincère. Comme quoi, un fusil et un couteau sur une table ça vous change des gens! Enfin, j'avais extirpé quelques infos des bavards, leur laissant même quelques pièces en guise de remerciements. Dans mes mains, un papier jaunâtre recelait des indices forts pertinents. Avais-je enfin trouvé une piste?. Et ben compagnon, Vérifions cela! Armé de mojito-sama, je quittai le bar, titubant énergiquement vers le port, plongeant joyeusement sur les traces de la Corne du Démon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enishi Le Taïpan
Graphiste-Modérateur/ Le Taïpan
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 21/08/2011

Feuille de personnage
Réputation:
61/100  (61/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   Mar 25 Oct - 3:33

Les trois hommes étaient des pirates ayant travaillé pour le compte de Zakaria Arkaïn, le dernier possesseur connu de la corne du démon. Ils souhaitaient naturellement retrouver l'arme de leur défunt capitaine. Malheureusement ils ne savent pas grand chose. Ils se sont contenté d'expliquer à Vin que la seule personne susceptible de savoir où est l'arme réside en ce moment même à Alabasta, dans les quartiers pauvres. Ils ont décrit la maison au vice-amiral : Petite, en pierre blanche, le style est oriental, quelques touches de bleu autour de la porte beige, la maison est située à côté d'une armurerie où travaille l'homme en question. Ils ne l'ont pas dit mais cet homme était le second de Zakaria, il est très puissant et risque de ne pas donner aussi facilement d'informations. Il s'appelle Warrib a évité la prison en dénonçant ses trois subordonnés et en parlant à la marine de la corne du démon. Il vit aujourd'hui en anonyme dans un quartier mal famé. La maison ne devrait pas être dure à trouver. L'homme est un oriental à l'oeil droit balafré, plutôt gros et barbu, possède le haki de l'armement et des compétences importantes dans le maniement du cimeterre. (continue le RP sur ce post, évidemment. Décris ton arrivée et je ferai agir le PNJ en conséquence)
En gros : direction Alabasta.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vin D. Icare
L'Héroïque
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 20/10/2011

Feuille de personnage
Réputation:
40/100  (40/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   Mar 25 Oct - 5:01

"Bon alors eh... Alabasta... QUE DALLE!"

Oui, j'étais passablement énervé, et alors? Mojito-sama n'avait pas survécu à mon cheminement jusqu'au port, et ce foutu marchand ambulant n'avait que de la glace. Mais que voulait-il que je fasse avec ça bordel? Bon d'accord le soleil tapait un peu fort, mais vous m'imaginiez MOI en train de manger une glace? Il ne manquerait plus qu'Enishi achète une lampe de poche,et voila, nous ferions un beau couple non? Bref, après avoir copieusement grommelé tout le long du chemin, j'arrivai enfin au port, et tenta tant bien que mal de lire les destinations gribouillées sur un grand panneau. Non... rien en A! Bon il faut dire que nous étions sur les blues alors forcément, trouver un truc qui se rendait à Alabasta ça risquait d'être plutôt complexe. Or, dans mon état actuel je vous avouerai que mon esprit n'était pas tout ce qu'il y a de plus inventif, dès lors je jetai mon dévolu sur le premier rafiot avec un drapeau bleu et blanc, enfin plutôt sur le deuxième car le premier avait un gigantesque trou dans sa coque, et me posai dessus. C'est dans ce genre de moment qu'on regrette d'avoir oublier son manteau, car à ce moment un tas de marine méfiant s'approchèrent de moi...mais pourquoi ils tournaient d'abord? Et puis qu'est-ce qu'il avait ce bateau là à tanguer aussi fort? Ah moins que... oups!

"Qui êtes...BOUAH!"

Voila ce qui arrive quand on enchaîne les boissons, un contrecoup malicieux vous prend en traître, et là en l’occurrence il gisait dans une masse verdâtre aux pieds de mon interlocuteur. Bon... ce n'était pas très glorieux pour quelqu'un de mon rang, et comme je me voyais mal lui dire :Le mec presque bourré qui t'as déguelé dessus est un vice-amiral! J'optai pour la deuxième solution, c'est à dire un soru couplé à un geppou qui m'éjecta du navire. Je préférais encore me taper le trajet jusqu'à Loguetown à vélo plutôt que de devoir expliquer aux vieux pourquoi je vomissais sur les membres de la marine. Heureusement, la ville légendaire apparaissait bien sur le panneau, aussi ne tardais-je à me rendre auprès d'un navire marchand. Le deal était simple, si je m'assurais de la sécurité à bord, je pouvais voyager gratis, et manger à l'oeil. Que demande le peuple?! Me posant tranquillement à la proue du navire, je piquai un petit somme, en attendant que l'on décolle d'ici.
En veux-tu en voila? La vie avait décidé de faire sa peau de vache, car non contente de me réveiller en pleine nuit, elle utilisa une détonation de canon comme réveil! Imaginez un peu qu'on vous réveille avec une douce explosion, juste après une cuite... cela vous donne une colonie de nain hargneux qui s'acharne à creuser leur citée dans vos méninges. Si si ils étaient tous là, même le petit tout moche avec sa pioche rouillée! Ceci dit, cela eut au moins le mérite de me mettre en rogne, si bien je n'eus pas le temps de tergiverser. Le temps me réveiller un peu, je créai un mur de glace histoire de dévier les projectiles, puis j’attendis patiemment que les assaillants s'approchent de nous. La suite s’enchaîna très vite, car une fois à bord, j'eus vite fait de corriger ces rookies, avant de retourner discuter avec Morphée. Ainsi se passa mon voyage, entrecouper d'assauts infructueux, si bien qu'il me fallut trois bons jours pour apercevoir Loguetown.

Enfin, je posai mes pieds sur la terre ferme, ayant évidemment parfaitement récupéré de mon "inspection". Ne perdant point de temps, je me rendis au Q.G de l'île, désireux de récupérer la veste que j'avais laissé sur place. Je vous rassure, ma motivation première ne fut pas de profiter des matelots pour laver mon linge, mais bon il fallait bien profiter des petits bonus non? C'est donc paré de mon manteau flan-banc neuf que j'arrivai au port, mobilisant à mon profit un bateau dont la coque était couverte de granit marin. Ma destination était toute tracée, et je n'eus aucun problème pour m'y rendre, Calm belt offrant un passage fort paisible pour peu qu'on sache s'y prendre. J'aurais pu encore une fois quitter le navire au milieu de l'océan, et finir le reste du chemin à pied, mais je ne voulais pas me priver d'un moyen transport si pratique, d'autant plus que je n'étais plus maintenant sur les gentilles petites blues. J'eus toutefois la sagesse d'enlever ma veste de Vice-amiral, évitant ainsi de m'afficher comme membre de la marine. Cette quête demandait une discrétion que n'offrait pas cet habit brodé d'or. Me promenant à Alubarna, je m'arrêtai au marchand du coin pour acheter un long manteau verdâtre, enfilant la capuche à la place de mon couvre-chef, afin de cacher au maximum mon indenté. Je n'étais pas particulièrement connu, mais disons que j'avais un peu plus de réputation que le serveur du coin, aussi préférais-je ne prendre aucun risque.
Arrêtant des passants, je ne tardais pas à trouver le quartier pauvre, et notamment cette charmante maison en pierre blanche. Elle n'avait rien d'exceptionnelle, mais force était de constater qu'elle correspondait parfaitement à la description. Enfin en même temps, toutes les maisons se ressemblaient par ici! Car alors qu'il pensait être arrivé à terme, une série de 10 maisons totalement identiques se massaient devant lui... C'était pire qu'une gaypride, parce que là vous saviez pertinemment qu'il y a un hétéro dans le tas, mais impossible de le trouver! Enfin, après m'être un peu promener dans la ville des schtroumphs, je tombai enfin sur cette foutue armurerie! Vu le boucan qui s'en dégageait, quelqu'un y travaillait. Entrant à pas de loups, j'observai le curieux artisan...Alors : gros, ok, poilu, ok, et eh...


"Eh... balafré-sama??"

*Hum...ce n'était ptête pas une bonne idée. . .*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enishi Le Taïpan
Graphiste-Modérateur/ Le Taïpan
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 21/08/2011

Feuille de personnage
Réputation:
61/100  (61/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   Mar 25 Oct - 21:32

Warrib est un homme peu commode, il tolère difficilement toute forme de moquerie. La première chose qu'il fera en entendant un ivrogne lui rappeler sa balafre sera sûrement de s'énerver d'attaquer immédiatement. Une fois vaincu, il n'hésitera pourtant pas à révéler des informations cruciales quant à la localisation de l'arme. Tout ce qu'il sait, c'est qu'elle a servi pour la dernière fois dans le nouveau monde, et que son ancien possesseur aurait trouvé la mort dans une petite île près de Foodvalten. L'ïle s'appelle Pelago, mais avant d'y aller, encore faut il en découdre avec Warrib. (Libre à toi de l'incarner et le faire agir, retiens juste qu'il est très nerveux et plutôt illogique, lui faire avouer l'information sans violence est donc possible)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vin D. Icare
L'Héroïque
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 20/10/2011

Feuille de personnage
Réputation:
40/100  (40/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   Mer 26 Oct - 3:21

<
embed src="http://www.youtube.com/v/EqDHcI6v6ec?version=3&feature=player_detailpage" type="application/x-shockwave-flash" allowfullscreen="true" allowScriptAccess="always" width="225" height="25">

Alors que j'attendais patiemment la réponse du gros monsieur, l'air devint subitement plus lourd. Lentement, le forgeron se retourna, son visage déformé par une rage que je ne comprenais pas. En tant normal ça ne m'aurait pas inquiété, mais quand une mastodonte cent pour cent muscles vous regarde, l'air haineux ,croyez moi que votre sourire disparaît sur le coup. Ceci dit, je n'eus pas vraiment le temps de tergiverser, car attrapant une chaise en métal, monsieur la balança sur moi, ou plutôt à coté de moi puisque j'eus le temps de l'esquiver. Ne me laissant même pas le temps d'un -gné- étonné, le titan se munit d'un gigantesque marteau avant de s'élancer vers moi.

"Mais t'es qui PUTAIN D'IVROGNE!'

Alors là je dis stop! Non seulement j'avais fini de dessaouler depuis un moment déjà, mais la bouteille de saké que je tenais à la main était un présent d'une charmante demoiselle que j'avais croisé en venant jusqu'ici! Seulement, mon juge ne semblait pas apte à attendre ma défense, et craignant subitement pour ma survie je me mis à détaler, offrant au voisinage la scène curieuse d'un forgeron enragé poursuivant un passant en larmes.

"Désolé -esquive- ,désolé -esquive- , pardon-esquive- , excusez-moi -esquive- , jolie chapeau madame -sourire charmeur-, TEMPS MORT!"

Et ben dis-donc, c'était un bon celui là! Il fallut bien que je fasse le tour de tout ce pâté de maison pour le calmer un peu, si bien que nous nous retrouvâmes exactement à l'entrée de l’armurerie. Je ne savais pas pourquoi il s'était arrêté d'ailleurs, sans doute l'avais-je surpris avec mes mains mimant un STOP, mais quoi qu'il en soit j'en profitai pour reprendre mon souffle, alors que lui n'haletait pas du tout.

"Excuse me sir, balafré is a très nice mot in my pays!

-Instant de silence- MAIS TU TE FOUS DE MA GUEULE EN PLUS!"

Et voila que nous étions repartis pour un tour, sauf que cette fois, esquivant le premier coup de marteau, je m'inclinai rapidement, proférant milles excuses à mon agresseur. Je me doutes bien que la facilité avec laquelle j'esquivai son attaque le calma bien plus que mes mots à deux balles, mais qu'importe, le résultat fut le même. Une fois la crise dépassée, je poussai un profond soupir, avant d'afficher un grand sourire, attrapant mon chapeau pour une grande courbette.

"Icare, enchanté de faire votre connaissance sir!"

Et vlan... Ne prenant même pas la peine de me regarder, l'homme me contourna comme un vulgaire poteau, et fit mine de rentrer chez lui, me laissant planté comme un glaçon en plein désert (c'est le cas de le dire). Je n'étais pas le genre de personnage qu'on ignore, et pour le coup je ne su quoi faire! Non! Je ne m'avouerai pas ainsi vaincu! Accourant à la porte maintenant close de son armurerie, je me mis à frapper comme un bourrin, martelant tous les rythmes qui me passaient par la tête. De la bossa-nova nous passâmes au funk, pour finalement retourner sur une samba en transitant par un swing. J'étais un orchestre à moi seul, ma voix criant à tue tête des - S'IL TE PLAIT MONSIEUR- dans tous les sens. Quand j'y pense, je restai près d'une heure à frapper ainsi, et quand soudain, le rempart m'ouvrit enfin la voie! Alors que les battants s'écartaient lentement l'un de l'autre, un marteau se posa pile au dessus de ma tête. Une voix démoniaque sorta des tréfonds de l'armorie.

"Arrête ça tout ...

-Mais-monsieur-j'ai-besoin-de-votre-aide-à-propos-d'un-sabre-spécial-qui-ferait-partie-des-12-plus-grands-et-on-m'a-dit-que-vous-que-vous, Warrib ARGGGGGGGGGGGG!"

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase, qu'une main m'attrapa par la tête et me tira à l'intérieur, tandis que les portes de fer se fermèrent derrière moi. L'intérieur de l'armorie ressemblant en tout point, à l'intérieur d'une armorie...IL y avait plein d'armes partout, des fenêtres en haut, une forge dans un coin, et un mec gigantesque qui me lança sur un mur, moi même mimant le lapin effrayé.

"Morveux, comment tu connais mon nom?

-Ben..EH...C'est que...Si vous lâchiez ce marteau pour commencer? -BAM- EH, attention avec ça, vous auriez pu me blesser! -BAM- Je l'ai appris d'anciens pirates d'un certain Zakaria Arkaïn! PAS FRAPPER!!!

Là où je m'attendais à une autre bousculade, le colosse tomba lourdement sur un grand fauteuil, lâchant un soupir qui relevait bien plus de désespoir que de l'agacement. Moi même je fus surpris par ce retournement de situation, et quittant mon rôle de fieffé peureux je le fixai un moment. Ses mains noueuses lâchèrent l'arme métallique, saisissant ce visage alors dépité. Le désarroi, voici ce qui lisait actuellement. En y réfléchissant, quoi de plus normal, ce mec venait d'apprendre qu'un supposé "gringalet" avait retrouvé sans trop de difficultés sa trace, aussi pourquoi d'autres individus bien plus puissants ne viendraient-ils pas? Et même, quelques anciennes connaissances pourraient resurgir du passé, et personnellement je doutais qu'ils apprécient sa récente collaboration. M'enfin...il fallait que je fasse un truc! Posant mon regard un peu partout autour de moi, j'attrapai ma bouteille de saké que j'avais posé près de la porte d'entrée, et revint en la tendant à Warrib. Et ben... Le bougre avait tout sifflé, et pourtant il restait près de la moitié quand même! S'en suivit alors une scène bien pathétique ou l'homme se mit à raconter sa vie, au sens figuré évidemment. Non pas que la situation étriquée qu'il affrontait en ce moment ne m’intéressait pas, mais il aurait été sans doute mieux qu'il n'appuie pas tout son poids sur mes pauvres épaules. Non mais il pensait à quoi? Que le gros Obelix s'était transformé en une danseuse étoile? M'enfin, luttant tant bien que mal pour ne pas m'écrouler, j'offris toutefois une oreille attentive à ses doléances. Hum... Intéressant, l'arme se trouverait sur Pelago. Enfin une piste honorable! Comme quoi ça valait le coup de sacrifié mon saké!
Réussissant tant bien que mal à posé mon fardeau sur un canapé, je ne pus m’empêcher de tenter de le rassurer.


"Ne vous inquiétez pas, je retrouverai ce sabre, et le monde entier en sera informé. Ainsi, personne n'aura plus à venir brisez votre tranquilité. Au-revoir, brave homme."

Je ne su pas si ce fut bien un merci qui précéda les quelques ronflements, quoiqu'il en soit j'avais d'hors et déjà une destination. Et alors que je m'apprêtai à rejoindre le port, je pensais à la confession de cet être. Nous l'oublions souvent dans la marine, mais parfois les pirates n'étaient que des êtres brisés par un monde injuste. Dès lors, notre justice ne devrait leur apporter que compassion, plutôt que de jeter ces âmes lasses dans l'enfer d'Impel Down. Mes pensées vagabondes me tinrent compagnie, alors que j'arrivai enfin sur mon navire.

"Nous avons un cap : Enies lobby."

ET ben quoi... vous ne pensiez pas que j'allais m'aventurer dans le nouveau monde avec des gars habitués à se promener dans les blues? Non, cette aventure, je la continuerai en solitaire, car nul doute qu'à Enies Lobby je dénicherai un taxi apte à me lâcher non loin de cette étrange Pelago.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enishi Le Taïpan
Graphiste-Modérateur/ Le Taïpan
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 21/08/2011

Feuille de personnage
Réputation:
61/100  (61/100)
Camp: Marine

MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   Mer 26 Oct - 15:12

L'arrivée à Enies lobby est calme, le bateau est immédiatement apprêté par les agents du gouvernement, on ne questionne pas Icare sur ses motivations au vu de son grade mais les doutes sont là. Pelago est une petite île des plus calmes et dont le nombre d'habitant n'excède pas les 100 personnes, toutes massées dans le même village. Ce dernier est entouré par la forêt, elle regorge de monstres et autres animaux gigantesques. Le chef du village est reconnaissable à ses tatouages en forme de soleil rouge sur les deux épaules. Il est très probable qu'il demande un service à Icare avant de ne lui fournir plus d'informations... (Le RP devra s'arrêter lorsque le vieil homme fera mention du service à rendre, sans détailler la nature de celui-ci)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prémices et marchandages   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prémices et marchandages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prémices printaniers
» L'automne est là...
» Mashima-en
» Les prémisses de la fièvre…
» Les prémices d'une collaboration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Millénium :: Départ en mer :: Flash Back-
Sauter vers: